JPGmontagnes     Jean - Pierre Guilloteau

Accompagnateur en Montagne diplômé d’État  -  Moniteur de Marche Nordique
SIRET 45268187700042 Déclaration d’éducateur sportif n° 03805ED9763

Titulaire de l’immatriculation Atout France n° IM038190004  RCP : MMA 14 bvd Oyon 72030 Le Mans Cedex
Garantie Financière : GROUPAMA ASSURANCE-CRÉDIT & CAUTION, 8-10 rue d’astorg, 75008 Paris

Le fond de sac du

randonneur en montagne

Le fond de sac ? Il s'agit de ce que l'on a toujours au fond de son sac à dos, en permanence, au cas où ...

Vous noterez que cela implique déjà au départ d'avoir un sac à dos ! Et oui, on ne part jamais randonner en montagne, même pour la demi-journée, sans emporter un sac à dos. Pas un "pois chiche à bretelles" trop petit, ni un un énorme backpack, utile seulement pour les grosses expés, mais un sac moyen, adapté à votre activité et à votre morphologie. On y mettra au minimum : de l'eau, de quoi grignoter, un vêtement, des lunettes de soleil, un téléphone portable avec batterie chargée, une carte au 1/25000 et une boussole. On pourra y ajouter selon les conditions une paire de gants et un bonnet, une casquette et de la crème solaire. Mais tout cela, on le met et on l'enlève à chaque fois, on l'adapte à la sortie. Cela n'est pas le fond de sac, c'est le nécessaire.

Le fond de sac, lui, reste dans le sac en permanence. Il est toujours là. Il est composé de quelques outils et ustensiles qui ne servent jamais, et que l'on est pourtant bien content de trouver parfois ...

Voici une petite liste non exhaustive :

  • Un sifflet à roulette (celui des arbitres de foot). Il permet de signaler sa position de très loin,

  • Un petit miroir. Il permet de se signaler visuellement en utilisant le reflet du soleil,

  • Une couverture de survie, utile pour envelopper une personne blessée,

  • Un petit briquet et un morceau de bougie,

  • Une mini lampe frontale pour les retours tardifs imprévus. Il en existe de très petites et très légères qui éclairent très bien. Méfiez-vous, un téléphone peut avoir une application "torche" mais l'autonomie est très faible,

  • Un peu de ficelle et de fil de fer souple, pour réparer sacs, chaussures, etc. Cela m'est souvent arriver de dépanner des personnes en réparant raquettes à neige, chaussures, ...

  • Une petite pharmacie minimum (pansements, de quoi désinfecter, de quoi prévenir ou soulager les ampoules),

  • Une chaufferette en sachet (fonctionne avec l'oxygène de l'air et donne de la chaleur pendant plusieurs heures). Il en existe aussi qui fonctionnent par cristallisation d'un liquide, qui donnent de la chaleur pendant 20 minutes et qui sont réutilisables.

  • Un petit canif,

 

Tout cela est léger, peu volumineux et tient dans une petite sacoche ou une boîte que l'on mettra toujours au fond de son sac. Jusqu'à l'oublier.

Un petit truc : la bougie peut servir à réchauffer quelqu'un qui est pris de tremblements irrépressibles (signe en général d'une baisse notable de la température corporelle) après une chute dans un torrent par exemple. Il faut asseoir la personne en tailleur sur un sac, placer la bougie entre ses jambes et l'allumer (prudence quand même, il faut faire attention aux matières inflammables qu'elle pourrait porter !). Il reste à envelopper cette personne avec la couverture de survie. En quelques minutes elle se trouve dans un sauna miniature, le rayonnement infra-rouge étant réfléchi par la couverture, et concentré à l'intérieur.

Lorsque vous partez en montagne avec un professionnel, posez-lui la question sur son fond de sac. Vous verrez qu'en général, il a en plus une corde, avec peut-être un petit baudrier, une pharmacie plus élaborée, une radio pour contacter les secours en zone hors hors réseau, un GPS ou un smartphone avec une application GPS, etc ...

Bonnes randonnées à tous !!